EnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish

Tu souhaites recevoir par mail l'actualité Mrs.Skin & Mr.Man?
Mon seul domaine officiel est
👉🏽CINEBUSINESS.FR👈🏽
Pour l'ajouter à tes favoris, tape : CTRL + D
  • Inscription
      Not a member yet?
      Entre ton e-mail et chois un mot de passe tu recevras dans un délai de 24h à 48h un mail te confirmant ton accès à ton compte et tu pourras commencer à regarder;)













Entre ton e-mail et chois un mot de passe tu recevras dans un délai de 24h à 48h un mail te confirmant ton accès à ton compte et tu pourras commencer à regarder;)




Tu es ici: Page d'accueil

Judith Godreche Nue



Une de nos plus belle comédienne, et qui vieillit bien. Par contre un choix bizarre des hommes qui ont partagé sa vie : Danny Boon et Maurice Bathélemy (un ancien de la troupe des Robins Des Bois), vu sa grande beauté, je l'aurais vu plutôt avec des beaux mecs

Dans « la désenchantée » on voit un peu son minou, mais il parait que lors de la diffusion du film en salle, on en voyait beaucoup plus, invérifiable .

Judith Godrèche fait partie de la pléthore d'actrices françaises qui pourraient voler votre souffle d'un simple coup d'œil dans votre direction. Son visage est magnifique, mais vous pouvez seulement dire si vous pouvez le faire passer son sein haletant, souvent scintillant. (Les femmes françaises ne transpirent pas ... elles «brillent».) Cette jeune fille débuta dès l'âge de treize ans avec un petit rôle dans L'Eté prochain (1985). Après quelques rôles supplémentaires, Judith décroche son premier rôle à 17 ans dans La Fille de 15 ...




Judith Godrèche

Crédit Photo : Mrs Skin




Judith Godrèche débute à 12 ans dans L'ÉTÉ PROCHAIN (Nadine Trintignant, 1985) et enchaîne adolescente par des seconds rôles dans LES SAISONS DU PLAISIR (Jean-Pierre Mocky), LA MÉRIDIENNE (Jean-François Amiguet) et SONS (Alexandre Rockwell) (1988-1989).

Elle commence à flirter avec les auteurs et les hommes mûrs dans UN ÉTÉ D'ORAGES de Charlotte Brandstrom (1989) et LA FILLE DE QUINZE ANS de Jacques Doillon (1989) qu'elle inspire.

Elle rencontre Benoît Jacquot avec LES MENDIANTS (1988) qui partage sa vie quelques années et la révèle dans LA DÉSENCHANTÉE (1990) et dans l'adaptation télévisée de Borges EMMA ZUNZ (1992).

Elle reste muse des auteurs avec PARIS S'ÉVEILLE (1991) et UNE NOUVELLE VIE (1993) d'Olivier Assayas, FERDYDURKE de Jerzy Skolimowski (1993) et GRANDE PETITE de Sophie Fillières (1994).

Le grand public la découvre chez Patrice Leconte dans TANGO (1993) et dans le succès RIDICULE (1996) qui l'oriente vers les étoffes historiques.

Elle enchaîne BEAUMARCHAIS L'INSOLENT (Edouard Molinaro, 1996) avec Fabrice Luchini, LE ROUGE ET LE NOIR (Jean-Daniel Verhaeghe, téléfilm, 1997) et L'HOMME AU MASQUE DE FER (Randall Wallace, 1998) avec Leonardo DiCaprio.

Les productions anglophones internationales continuent de la réclamer pour ENTROPY (Phil Joanou, 1999), SOUTH KENSINGTON (Carlo Vanzina, 2001), QUICKSAND (John MacKenzie, 2003), LA PANTHÈRE ROSE 2 (Harald Zwart, 2009), ALBERT SCHWEITZER (Gavin Millar, 2009), STOKER (Park Chan-wook, 2012) et pour la série ROYAL PAINS (2012).

Sophie Marceau trouve en elle le visage de son double pour ses réalisations de chroniques existentielles, le court métrage L'AUBE À L'ENVERS (1994) et le premier long PARLEZ-MOI D'AMOUR (2002).

Elle s'épanouit dans la fantaisie avec BIMBOLAND (Ariel Zeitoun, 1998), FRANCE BOUTIQUE (Tonie Marshall, 2003), TU VAS RIRE MAIS JE TE QUITTE (Philippe Harel, 2005, photo), HOLIDAY (Guillaume Nicloux, 2010), POTICHE (François Ozon, 2010) et chez Emmanuel Mouret (FAIS-MOI PLAISIR !, 2009, L'ART D'AIMER, 2011).

Le sentimental la happe avec L'AUBERGE ESPAGNOLE (Cédric Klapisch, 2002), TOUT POUR PLAIRE (Cécile Telerman, 2005), J'VEUX PAS QUE TU T'EN AILLES (Bernard Jeanjean, 2006) et HOME SWEET HOME (Didier Le Pêcheur, 2008).

Pour la scène, elle joue « Je veux faire du cinéma » de Neil Simon monté par Michel Blanc (1992), « Trois femmes grandes » d'Edward Albee par Jorge Lavelli (1996) et met en scène son mari du moment Dany Boon dans ses spectacles au Bataclan et dans « Dany Boon en parfait état » (1998).

Elle publie le roman « Point de côté » (1999), accompagne son compagnon Maurice Barthélémy dans ses réalisations (PAPA, 2005, LOW COST, 2011) et réalise l'existentiel et sentimental TOUTES LES FILLES PLEURENT (2010), qu'elle coécrit avec Jacques Fieschi et qu'elle interprète avec Barthélémy et Eric Elmosino.




Judith Godrèche & Taylor Schilling

Crédit Photo : Mrs Skin

Guide des scènes de nu sur Judith Godrèche au cinéma





A la 46° minute, Judith Godrèche prend un bain seins nus avec son ami Melvil Poupaud. Et 25 minutes plus tard, elle enlève son pull, découvrant ses seins pour une scène d'amour avec Jacques Doillon, le père de son ami.





67ème minute, Judith Godrèche est complètement nue et s'avance vers un homme debout devant une cheminée; Judith nous offre ses seins et son buisson dans le miroir.





Une petite scène d'amour au milieu du film.





19ème minute, sur un grand téléviseur, dans un salon, nous voyons Judith Godrèche assise sur une chaise; une femme en blouse blanche lui ouvre la chemise et Judith fait sortir ses deux seins du soutien-gorge; la femme installe alors une pompe sur chaque sein.

30ème minute, pour aller à la piscine, Judith se déshabille; elle enlève sa chemise par dessus tête nous montrant un soutien-gorge noir légèrement transparent puis, en riant, défait les lacets de son slip qu'elle jette au large; cul nu, Judith se dirige vers le bassin en nous offrant son buisson bien taillé. 32ème minute, vue sous-marine à la piscine, Judith en second plan flotte debout toujours sans culotte et nous montre sa pilosité pubienne.
Signale un problème sur cette page en indiquant
le titre de la page du site